Logiciel de gestion de soins des usagers et résidents Ehpad et structure pour handicapé
Livia Pas de commentaire

Protéger les personnes fragiles hébergées en établissement, comment les technologies améliorent la prise en charge ?

Évaluer les risques et les bénéfices de l’isolement

En cette fin du mois de septembre 2020 et au regard de la crise sanitaire que nous venons de traverser, je m’interroge sur la pression subie par les équipes de soin et d’accompagnement des personnes fragiles en établissement.

Sans revenir sur le manque de dispositifs de protection individuelle que l’ensemble des personnels a déploré en ce début de crise, les projecteurs médiatiques ont été braqués 24/7 sur les établissements médico-sociaux, où par essence la COVID-19 a forcément fait plus de ravages que dans les écoles maternelles !

Selon les témoignages que j’ai pu recueillir auprès de nos clients, cette période a été non seulement intense en charge de travail mais aussi et surtout lourde en stress et en angoisse. Bien évidemment l’appréhension d’être en contact direct avec la maladie, dont nous ne connaissions rien ou pas grand-chose début mars, mais au-delà, le stress de la responsabilité de protéger nos citoyens les plus fragiles.

La question de l’évaluation du rapport bénéfice/risque de l’isolement des personnes fragiles a été tranchée le 11/03/2020 par le gouvernement qui a suspendu les visites dans les Ehpad et unités de soins longue durée.

Les établissements, les professionnels, les familles, les élus ont été assez partagés sur cette décision mais elle s’est imposée, rappelons-nous : “nous sommes en guerre” ; et en temps de guerre on a besoin d’un chef dont on ne discute pas les ordres. Le secteur s’est organisé, démontrant sa capacité de réaction ainsi que l’attachement de ses collaboratrices et collaborateurs à la raison d’être de leur métier.

Je ne sais pas si nous avons pu mesurer a posteriori ce fameux rapport bénéfice/risque ? Comment les personnes âgées ont traversé cette période pendant laquelle ils n’ont pas pu voir leur conjoint, leurs enfants, petits-enfants et famille ?

Je serai intéressé de lire une analyse documentée sur ce sujet, s’il en existe.

Nous sommes entrés, selon nos gouvernants, dans une nouvelle phase de cette crise, après la guerre il va falloir vivre avec cette maladie, se protéger individuellement et collectivement pour enrayer la propagation du virus, dans l’objectif principal d’éviter qu’il ne touche les personnes les plus fragiles.

Pour protéger les plus fragiles faut-il encore songer à les isoler ? La question se pose mais pour combien de temps devons-nous l’envisager, puisque nous devons tous désormais cohabiter avec le virus … Quel est le sens de la vie si nos derniers mois ou nos dernières années sont amputés de la joie, parfois la seule, de voir, toucher, embrasser nos enfants, notre conjoint, nos familles ?

Personnellement, sans aucune hésitation je préfèrerais prendre le risque de la contamination.

J’espère que, si un jour je dois me retrouver dans cette situation, on me laissera le choix …

La responsabilité des directrices et directeurs d’établissements

Les Ehpad ont été au cœur de la communication journalière du ministre de la santé qui égrenait chaque soir le nombre de décès de la Covid-19 (ne devrions-nous pas dire “décès avec la Covid-19” plutôt ?) dans les établissements. La pression médiatique a été énorme et continue de l’être (clusters en Ehpad, …), le risque de réputation s’ajoute à la douleur de voir des résidents atteints par la maladie avec toutes ses conséquences pour les familles, le personnel et l’organisation de l’établissement.

Les directrices et les directeurs assument de lourdes responsabilités à la tête de leur institution, il leur faut beaucoup de courage et de professionnalisme pour maintenir une activité quasiment normale de leur structure et analyser avec les équipes médicales et avec objectivité le rapport bénéfice/risque de l’isolement. On comprend assez facilement qu’il serait plus confortable pour eux de suspendre les visites pour se protéger. Aucun à ma connaissance ne l’a fait de façon préventive et injustifiée, c’est remarquablement respectueux de leur mission, je tiens à leur rendre hommage.

 Les nouvelles technologies et l’amélioration de la prise en charge des personnes dans un contexte Covid

Dans ce contexte, comment pouvons-nous en tant qu’éditeur de logiciel soutenir la profession ? En quoi la technologie informatique peut apporter des solutions déterminantes aux établissements en cette période ? Les outils logiciels doivent faciliter la prise en charge des personnes, l’intervention des professionnels, la coordination des soins et la sécurisation de toutes les parties prenantes.

Voici quelques éléments de réponse très concrets.

Déployer des tablettes

Fournir des tablettes pour accéder au dossier du résident ou de l’usager accélère incontestablement l’accès à l’information et fiabilise en conséquence les soins apportés. Au-delà de cet avantage, l’utilisation de tablettes individuelles évite que toutes les aides-soignantes et les infirmières ne viennent taper sur le même clavier en salle de soin. En cette période de vigilance accrue, c’est une solution efficace.

Utiliser un logiciel pluridisciplinaire

Utiliser un logiciel de soins ouvert à l’ensemble des intervenants, largement déployé et dont l’appropriation est simplifiée par une interface utilisateur innovante assure une transmission des informations fluidifiée, ciblée et en temps réel. Cela sécurise la prise en charge des personnes mais également des soignants qui minimisent les risques d’erreurs grâce à des données fiables, riches et accessibles au moment où ils en ont besoin.

Accéder de façon sécurisée aux dossiers depuis l’extérieur

Les logiciels conçus dans les toutes dernières technologies permettent de façon simple l’accès sécurisé du dossier résident ou usager à des professionnels extérieurs à l’établissement. C’est une réponse très concrète au mouvement général que nous observons dans tous les domaines, et celui de la santé ne déroge pas à la règle, nous souhaitons tous des réponses rapides, des conseils en temps réel, nous vivons dans l’ère de l’exigence de l’immédiateté. Ouvrir un accès à des personnes extérieures à l’établissement réduit considérablement le délai possible de leur intervention.

Confier ses données à un Hébergeur de Données de Santé certifié

Dans cette période de crise sanitaire, les pirates informatiques savent pertinemment que les organisations sont modifiées, parfois bouleversées et potentiellement moins vigilantes. La moindre faille sera exploitée pouvant faire des dégâts considérables. Les données de santé sont une cible privilégiée des hackeurs. Choisir un hébergeur de données de santé certifié, au-delà de respecter la règlementation, assure aux dirigeants d’établissements la sécurisation des données des personnes accueillies. Confier la responsabilité de cette sécurisation à un professionnel du stockage est toujours une bonne idée et particulièrement en cette période.

Optimiser le temps des équipes

Le temps des soignants est compté, encore davantage lorsque les plannings sont bousculés et les équipes réduites à cause de l’isolement de certains, touchés par la Covid-19 ou seulement cas contact. Dans ces moments où l’intensité de la charge de travail ne laisse pas de place à autre chose, il est indispensable d’utiliser des outils simples, efficaces qui permettent de ne pas perdre de temps. Les logiciels de dernière génération, parce qu’ils sont récemment conçus, sont pour la plupart optimisés pour répondre à cet enjeu.

Réduire le temps d’appropriation

Dans ces périodes de tension sur les équipes, les directions d’établissement peuvent faire appel à des ressources temporaires. Les intégrer rapidement constitue un challenge majeur. Le temps d’appropriation des méthodes et des outils exploités au sein des structures devient un frein ou au contraire un accélérateur d’intégration. L’ergonomie des logiciels web, conçus ces dernières années avec l’objectif d’être proches des standards imposés par des géants tels que Apple, Google ou Facebook permet un apprentissage rapide et une appropriation naturelle.

Transformer l’utilisation du logiciel en un moment ludique et agréable

Nous, éditeurs de logiciel, souhaitons que nos utilisateurs prennent du plaisir en manipulant nos applications, que ce moment soit ludique et génère une certaine forme de détente. Ce sont des verbatim que nous retrouvons régulièrement dans les témoignages d’utilisateurs d’applications web, alors que cette expérience est extrêmement rare avec des logiciels de génération antérieure.

Fédérer ses équipes autour d’un projet porteur de sens

Pour toutes ces raisons je ne peux qu’encourager les directions des établissements médico-sociaux à moderniser leur système de gestion informatisée des dossiers résidents ou usagers, y compris et même particulièrement en cette période de crise sanitaire. Avoir un projet fédérateur pour faciliter la vie des soignants et améliorer la prise en charge des patients sera le signe d’une direction visionnaire, à l’écoute, confiante dans l’avenir et dans leurs équipes. La confiance étant un phénomène auto-générateur, quel meilleur signal donner aux équipes pour les rassurer que “tout est sous contrôle” que de mener un projet structurant comme l’adoption d’un nouveau logiciel de gestion des dossiers des résidents ou des usagers.

Bien évidemment les équipes Solware Life se tiennent à disposition pour accompagner les directions d’établissements efficacement dans cette démarche, trouver pour chaque contexte particulier les leviers d’amélioration et mettre en œuvre les moyens nécessaires pour réussir ces projets.

Article écrit par Gérald FERRARO – CEO Solware Group

Retrouvez également l’article sur Linkedin

#medicosocial #logicieldesoin #logicielehapd #logicielhandicap #DRI #DUI #logicielmedical #liviaparcoursevie #SolwareLife #ehpad #handicap

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *